L’apport de la méthode Borel Maisonny

Suzanne Borel-Maisonny était philologue et phonéticienne (Simon et Launay, 1985 : 5). Elle participa à la fondation de l’orthophonie en France. Sa pratique de rééducation est une méthode phonético-gestuelle de lecture couramment appelée « méthode Borel-Maisonny ». Celle-ci est issue « d’une recherche scientifique longuement mûrie […], fondée sur une connaissance précise des possibilités, des intérêts et des difficultés de l’écolier » (Simon et Launay, 1985 :  5).

Cette méthode associe un geste à un son et ce, quelle que soit la forme écrite de ce son. Dans les informations qu’elle donne sur la technique de l’apprentissage, Borel-Maisonny précise que « pour créer l’association « signe-écrit son » qui constitue la lecture même, des gestes symboliques servent d’intermédiaire » (Borel-Maisonny, 1985 : 17). Les gestes qui accompagnent les signes écrits peuvent être « représentatifs d’une forme », « représentatifs d’une image articulatoire », « soulign[er] l’idée d’écoulement » ou encore « associ[er] le signe à une petite scène » (Borel-Maisonny, 1985 : 18-19).

Pour Borel-Maisonny, le geste est une information présentée à l’apprenant comme aide « instrument de mémorisation » (Borel-Maisonny, 1985 : 19).

La méthode Borel-Maisonny s’appuie donc principalement sur la multimodalité pour faciliter l’entrée dans le code écrit et plus précisément la kinésie combinée à l’audition et la vision. Elle a également son équivalent dans d’autres langues comme l’anglais sous l’appellation Jolly Phonics[1].

[1] http://jollylearning.co.uk/