L’apport de l’approche Gattegno

Caleb Gattegno (1911-1988) est l’auteur de l’approche pour l’enseignement des langues appelée Silent Way (Gattegno, 1978). Docteur en psychologie, mais également mathématicien et éducateur, il collabora notamment avec Maria Montessori et Jean Piaget. Ses diverses expériences d’enseignement l’ont amené à développer une approche – et non pas une méthode qu’il faut suivre scrupuleusement – qui fût qualifiée de « non conventionnelle » par Villez[1] (2007). Le Silent Way implique que l’enseignant reste silencieux tandis qu’il encourage les apprenants à produire des sons et formuler des énoncés. Gattegno insista sur l’importance de « the subordination of teaching », c’est-à-dire sur le fait que l’enseignement doit être subordonné à l’apprentissage. Il mit l’accent sur le fait que « only awareness is educable in Man » (Gattegno, 1987, souligné dans le texte), l’enseignement n’étant pas transmettre ses connaissances par le déversement d’informations, mais attirer l’attention des apprenants sur certains aspects de la langue pour éduquer leur conscience. Cette idée, nouvelle pour l’époque, s’apparente à l’hypothèse du « noticing » qui fut développée par Schmidt (1990 ; 1995) dans les années 1990.

Sur le plan matériel, l’approche Gattegno pour l’enseignement des langues a été développée en réponse à un besoin pédagogique. Enseignant en Éthiopie, le Docteur Gattegno se heurta au fait que les enfants éthiopiens avaient besoin de beaucoup de temps pour maîtriser leur langue.

« Caleb Gattegno prit conscience qu’il serait possible de raccourcir cette période considérablement, simplement en coloriant les lettres de façon à rendre leur construction évidente – la consonne en haut de chaque lettre, et la voyelle en bas. Le lendemain, il se procura des craies de couleur sur le marché et produisit un panneau, attribuant une couleur à chaque son afin de rendre les relations évidentes. » (Young, 2011)

Les utilisateurs (enseignants et élèves) ont à leur disposition un tableau de rectangles avec tous les phonèmes de la langue cible, un Fidel qui présente toutes les graphies possibles pour un même phonème et des tableaux de mots qui sont des exemples de mots écrits en couleur selon les phonèmes qui les composent.

Figure 1 : En haut : le Fidel (tableau d’orthographe) ; en bas de gauche à droite : le tableau de rectangles’anneau au Fidel des so (des phonèmes anglais) et un exemple de panneau de mots

À ces supports s’ajoute le pointeur qui permet à l’enseignant et aux apprenants qui passent au tableau de pointer des mots ou des phonèmes, ce qui donne une importante dynamique face à l’ensemble du matériel statique.

[1] Villez collabora avec le Docteur Gattegno pendant dix-sept ans.