L’outil Kinéphones actuel

L’outil est disponible à l’adresse suivante : http://dlm.univ-grenoble-alpes.fr/kinephone/#/en_gb/1/table

Issu d’une réflexion collective, l’outil Kinéphones est le fruit d’une rencontre entre trois thématiques : la multimodalité dans les apprentissages, les apprentissages phonétiques et phonologiques en L2 ainsi que l’innovation en didactique des langues. Il s’apparente à un tableau de phonème (phonemic charts) enrichi grâce aux apports des supports multimodaux présentés en première partie de cet article. Le développement sous licence libre de la première version web (version actuelle) de Kinéphones est le résultat d’un projet d’un an (Projet Exploratoire Premier Soutien [PEPS] soutenu par la COMUE de Grenoble et le CNRS).

L’outil se décline actuellement en français et en anglais, mais il a été pensé pour intégrer bien d’autres langues. En effet, à partir des travaux de Colletta, nous avons proposé un placement des phonèmes tel que des phonèmes communs à plusieurs langues se trouveront au même endroit sur les tableaux de chaque langue. Ce placement est justifié par le lieu et le mode d’articulation. Cette modification par rapport au tableau de rectangles de Gattegno ou aux tableaux de phonèmes (phonemic charts) a une implication forte pour l’utilisateur qui dispose alors de repères spatiaux pour reconnaître et produire les phonèmes sur le tableau. L’utilisateur pourra également s’appuyer sur ce point commun entre les tableaux pour travailler l’intercompréhension.
Kinéphones propose tous les phonèmes d’une langue représentés dans trois interfaces : une interface qui représente les phonèmes par leur symbole phonétique (figure 1 ci-dessous), une interface qui s’inspire de l’approche Gattegno en représentant les phonèmes par des rectangles de couleur (figure 2 ci-dessous), et une interface qui intègre les phonèmes dans des images représentant des mots-cibles (figure 1 ci-dessous).

Figure 1 : tableau de rectangles de couleur (en haut à gauche), tableau de phonèmes (en haut à droite), tableau d’images intégrant les phonèmes (en bas)

Toutes les interfaces sont accompagnées d’un menu déroulant réglable qui propose des informations complémentaires sur chaque phonème : le symbole phonétique, la couleur, le dessin représentant le mot-cible, le mot-cible (écrit et audio) ainsi qu’une phrase contenant le mot-cible (écrit et audio). L’utilisateur peut alors choisir de faire apparaître ou non les certaines informations. De ce fait, s’il souhaite focaliser l’attention sur la réalisation sonore, l’utilisateur peut cacher la version écrite du mot, du phonème et de la phrase.

Figure 2 : menu déroulant du Kinéphones

Un bandeau supérieur se trouve également toujours à disposition de l’utilisateur.

Figure 3 : barre de réglage située en haut du Kinéphones

Des menus déroulants permettent de choisir la langue et l’interface. C’est à partir de ce bandeau que l’utilisateur peut choisir une voix de femme ou d’homme et accéder aux réglages du menu déroulant (identifiant : admin, mot de passe : admin).
Les concepteurs ont souhaité proposer deux modalités d’utilisation du clic. La première possibilité implique qu’un clic court sur un rectangle de couleur (ou un symbole phonétique ou une image, selon l’interface) fasse entendre un exemple de prononciation du phonème tandis qu’un clic long ouvre le menu déroulant sans faire entendre le phonème. À l’inverse, dans la deuxième possibilité, le clic court ouvre directement le menu déroulant et le clic long permet d’entendre le phonème. Ces deux possibilités sont non seulement liées à la diversité des appareils numériques, mais également à la volonté de laisser l’utilisateur libre d’avoir plus ou moins facilement accès au menu déroulant ou à la réalisation sonore du phonème, selon sa démarche pédagogique. Ainsi, un enseignant qui a principalement besoin de l’enregistrement sonore choisira la première possibilité, tandis qu’un enseignant qui souhaite guider les élèves et s’appuyer principalement sur les informations du menu déroulant choisira la deuxième possibilité. De son côté, un apprenant qui travaille seul choisira parmi les aides dont il dispose celles qui lui sembleront les plus appropriées. Enfin, un enseignant qui souhaite utiliser Kinéphones dans l’esprit de l’approche Gattegno n’utilisera ni le menu déroulant, ni l’enregistrement du phonème.

En conclusion, la version actuelle de Kinéphones propose une diversité d’éléments qui représentent les phonèmes. Cette matérialité permet de pallier le caractère éphémère des phonèmes. Par ailleurs, la possibilité de personnaliser l’interface génèrera peut-être de la créativité chez divers enseignants qui pourront alors innover dans l’enseignement-apprentissage des langues.